Les détecteurs autonomes de fumée

Depuis l’entrée en vigueur de la loi n° 2010-238 au mois de mars 2015, la présence de détecteurs de fumée est obligatoire dans les lieux d’habitation des particuliers. Mais pour quel modèle de Daaf opter et comment l’installer ? Trouvez les réponses à vos questions dans ce billet.

Les critères de choix d’un détecteur de fumée

Que vous êtes des bricoleurs occasionnels ou chevronnés, Dossier Maison propose gratuitement des conseils et des astuces bricolage. N’hésitez pas à consulter toutes les fois que vous manquez d’idées. Et quand bien même aucune sanction n’est encore aujourd’hui prévue pour les locataires et les propriétaires qui n’ont pas encore installé de détecteur d’avertisseur autonome de fumée ou Daaf dans leur logement, la présence de ce dispositif s’avère néanmoins très utile.

Pour cause, c’est le seul moyen qui vous alertera en cas d’incendie dans votre logement, particulièrement la nuit lorsque la maisonnée dort d’un profond sommeil. Qui plus est, les incendies ne sont pas des accidents domestiques rares, puisqu’une se déclare toutes les deux minutes en France. Ainsi, pour que cet accessoire remplisse parfaitement ses fonctions, seuls les modèles certifiés de la norme européenne minute EN 14 604 sont conseillés. Et c’est encore mieux si vous achetez les marques qui ont obtenu le label NF.

Par la suite, renseignez-vous sur la durée de vie de leur pile. Et d’ores et déjà, les modèles fonctionnant avec des batteries alcalines sont à éviter, sauf si vous voulez les remplacer tous les six mois. Sinon, par rapport aux alcalines qui doivent être changées tous les deux ans, les lithiums ont une longévité exceptionnelle de cinq ans. Vous ne voulez pas avoir à gérer les problèmes de piles HS ? Vous pouvez toujours vous tourner vers les détecteurs de fumées filaires. Seul inconvénient, l’appareil soit être branché à une source de courant.

L’installation d’un détecteur de fumée.

Combien coûte en moyenne un détecteur autonome de fumée ? Cet accessoire est très accessible. En effet, les moyens de gamme sont commercialisés entre quinze et vingt euros. Autrement, si vos préférences vont vers les modèles dotés d’un système centralisé compte plutôt une cinquantaine d’euros. Si vous cherchez cependant le nec plus ultra, comptez au minimum deux cents euros. Et pour ce qui est de son installation, c’est un véritable jeu d’enfant. Vous pouvez vous en occuper vous-même.

L’accessoire est normalement vendu avec un kit de fixation. Mais peu importe le modèle que vous convoitez, un Daaf se pose idéalement au plafond, si possible dans la partie la plus haute au centre de la pièce et non aux coins des murs. Toutefois, pour faciliter son entretien et le remplacement de sa pile, l’appareil doit-être tout de même facilement accessible d’un escabeau.

Les couloirs qui desservent les chambres à coucher, la salle de séjour et le salon sont les lieux les plus appropriés pour installer les détecteurs de fumée. Par contre, pour éviter les déclenchements intempestifs qui sont particulièrement énervants, la cuisine et la salle de bain ne sont pas recommandées. Mais aussi les endroits de la maison se trouvant à proximité d’une cheminée, d’une zone fumeurs et d’un courant d’air. Enfin, un nettoyage et un dépoussiérage doivent être programmés régulièrement pour préserver l’efficacité de l’appareil.

(Plus d’infos sur www.instantmaison.com)