Les différents types de gouttières

Pour évacuer efficacement les eaux de pluie qui ruissellent sur le toit, l’installation d’une gouttière est incontournable. En effet, ce dispositif protège non seulement la toiture, mais également les fondations contre les risques d’infiltration d’eau. Pour cela, il faudra déjà qu’elle soit bien fonctionnelle. En effet, le choix de la gouttière est une question qui nécessite une mure réflexion. Pour savoir quel modèle convient le mieux à nos besoins, certains facteurs ne peuvent être ignorés. Outre les règles d’urbanisme applicables dans notre région, il faudra tenir compte de la pluviométrie, du style architectural de la demeure, mais surtout du développement de la gouttière pour permettre une bonne évacuation des eaux. Pour mieux vous éclairer, nous allons aborder dans le présent article les différents types de gouttières.

Le modèle de gouttières pendantes

Pour mettre la main sur une gouttière qui répond aux mieux à vos besoins, l’idéal est de solliciter les conseils d’un spécialiste en travaux de toiture comme le couvreur.

Les gouttières pendantes sont les plus prisées par les propriétaires de maisons individuelles. Leur fixation sur la planche de rive ou l’égout du toit se fait au moyen de crochet. Différents matériaux sont utilisés pour la fabrication de ce type de conduit (le zinc, le cuivre, l’aluminium, le PVC). C’est d’ailleurs c’est ce qui fait d’elles les plus répandues.

En outre, ce modèle est disponible dans plusieurs formes. Pour les grandes constructions, les gouttières carrées sont à privilégier. Les plus classiques, en l’occurrence les demi-rondes, sont surtout installées sur les maisons résidentielles. Quant aux gouttières lyonnaises, comme son nom l’indique, on les retrouve dans les régions lyonnaises. C’est un modèle doté d’un pli. Ce qui optimise sa rigidité. Enfin, il y a les gouttières anglaises. Elles sont larges et sont de ce fait difficiles à poser.

Le modèle de gouttières rampantes

À la différence des gouttières pendantes qui sont apparentes, ces modèles sont plus discrets. Les gouttières rampantes sont fixées sur la corniche à l’aide de crochet. Elles peuvent également être directement posées sur les chevrons de la charpente. Ces gouttières peuvent par ailleurs revêtir différentes formes. D’une part, il y a les Havraises ou Ardennaises. Elles ont une forme arrondie à la base. Pour les poser sur la couverture, une bande en zinc fixée au-dessous de la pente est utilisée. Ce type de gouttières est généralement fait en zinc. Les Havraises permettent une évacuation optimale des eaux de pluie. D’autre part, il y a les Nantaises qui disposent d’un angle de 70 ° à 90 °. Cette forme ne permet pas une excellente évacuation des eaux de pluie.

Par ailleurs, il faut souligner que la capacité des gouttières rampantes à évacuer les eaux de pluie n’est pas comparable à celle des gouttières pendantes. Avec celles-ci, les risques de débordement et d’infiltration d’eau sont plus conséquents. Retenez également que l’installation des gouttières rampantes s’opère difficilement. Pour cette opération, recourir aux services de ce couvreur dans le Puy de Dome est fortement conseillé pour que cette intervention soit faite dans les normes.

Les chéneaux

En réalité, les chéneaux sont des conduits que l’on intègre aux gros œuvres. Ils permettent de collecter les eaux qui ruissellent sur un pas de mur. Ils se chargent par la suite de leur acheminement vers la gouttière ou la descente. Ce système d’évacuation est surtout préconisé pour les immeubles à faibles pentes. Le plus souvent, on les rencontre sur les anciens bâtiments. Malgré l’esthétique que les chéneaux procurent à la bâtisse, leur installation demeure relativement onéreuse par rapport à la mise en place d’une gouttière pendante ou d’une gouttière rampante.

A découvrir ...